Jump to content
Hex@gones
Sign in to follow this  

Marseille - Lyon


HEX@GONES
  • Date & Heure : 08/14/2005 08:45 PM Score : 1 - 1 Auteur(s) : MasterGone

Paradoxalement, les deps les plus intéressant sont ceux dont le compte-rendu arrivent le plus en retard. Y aurait-il des choses à cacher ? Sans doute. Mais quand on vous propose un dep un week-end de 15 Août dans le Sud, forcément, il prend des allures de vacances… Et les vacances, ça rentre pas trop dans un compte rendu.

 

En cette mi-août, il y a pas mal d’Hex@s en vacances sur le pourtour méditerranéen. Et ceux qui viennent du Nord (comprenez : le Nord de Marseille) s’organisent un dep bien Supras de 3 jours. Tout le monde se retrouve donc en ce jour de match à côté du Vélodrome sur la terrasse d’un bar en provenance de destinations estivales bien différentes : Nice, Montpellier, les Alpes… L’occasion pour nous de voir des nouvelles têtes, et notamment la fille à Jacquot, j’ai cité « Agnès ». Enfin, de quoi raconter pas mal de choses sur ces derniers temps, et Gilkman commence déjà à nous bassiner avec le match de la veille qu’il a vu au stade (Nice -  Sochaux).

 

Peu avant le coup d’envoi, on se dirige vers le stade. On aurait bien pris une binouze de plus sous cette relative chaleur, mais bon, on a quand même un boulot à faire pendant 90 minutes. On retrouve les Hex@s07 devant l’entrée du parcage, et après une fouille peu poussée (au moins pour moi, si ce n’est mon téléphone portable qu’il faut éteindre et rallumer, des fois qu’il était allumé pour de faux au départ, genre y a une ampoule de 100W dans la boite pour faire un écran fictif…), on attend dans le hangar avant de rentrer dans l’arène à cyclistes, enfin, le Vélodrome. Le parcage est déjà très bien garni, et au coup d’envoi, il est plein à craquer, bien mieux rempli que la saison dernière où toutes les places avaient pourtant été vendues. Ce sont près de 2000 Lyonnais qui sont là pour supporter leur équipe. Le bâchage se passe sans problème.

 

Le match part mal pour nous avec un but rapidement encaissé sur un coup franc détourné par le mur. Mais M. Carew remettra les pendules à l’heure avant la mi-temps pour mettre tout le monde d’accord. Le match restera assez terne quand même, sans trop d’occasions de part et d’autre malgré les dernières minutes poussives des marseillais qui nous stresseront un peu. Côté ambiance de notre côté, c’est pas la joie du tout, le KVN en bas et Lugdu/Nucleo en haut étant trop éloignés pour agiter toute la tribune. Sans compter les nombreux touristes qui devaient être en vacances dans la région. Ambiance assez moyenne donc. De notre côté, ça chante, surtout Gilkman qui continuera à nous faire ch… avec son match de la veille en scandant des trucs guerriers ou autres chansons poétiques dans le même genre.

 

Après la traditionnelle attente de 30 minutes dans le parcage, on sort tant bien que mal du parking visiteurs pour aller rejoindre le vieux port et manger un morceau dans une des ruelles l’entourant, pour ceux qui veulent un peu prolonger la soirée. Mais bon, il est déjà minuit, tous les restos sont en train de fermer, et sur les conseils de l’un d’entre eux, on décide de s’installer sur la terrasse d’un petit resto. Bon, en face, il y a un bar assez suspect, du genre t’entends des bruits bien bizarres et bien chauds dedans, mais on n’y fait pas trop attention. Enfin, on essaye. Alors pour le resto en lui-même, c’était vraiment pas terrible du tout, on ne retiendra pas l’adresse, mais comme les serveurs savent bien compter, on s’en tire très bien sur le coup et on s’en va vite fait bien fait 😁.

 

A des heures pareilles, les certaines rues de Marseille ne sont pas trop fréquentables, alors chacun rentre dans sa direction. Pas de photo bâche devant la Bonne Mère cette année. Gilkman décide de poursuivre le week-end Supras avec nous, direction Cassis pour un repos bien mérité dans un camping trouvé à l’arrache l’après-midi même.

 

Le lendemain, après une petite grasse matinée, on décide d’aller profiter de la mer. Déjà, on galère pour trouver une place, et en plus, nous suivant Gilkman avec son flair d’enfer, il nous emmène sur une plage naturiste… Après avoir trouvé un autre endroit bien plus sympathique, on se jette tous à l’eau (plus que froide, n’est pas Gilkman ?) et on se fait un beau tendu d’écharpes.

 

La journée passant vite, après une bonne glace, on dépose Gilkman à la gare, et après une bonne grosse galère avec ma voiture, on rentre (enfin, arrive à rentrer) tranquillement sur Lyon

 

MasterGone

 

Sign in to follow this  


User Feedback

Recommended Comments

There are no comments to display.



Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Add a comment...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...